L’inconnu merveilleux…

J’ai disparu de mon blog pendant un long moment, tout d’abord je tiens à présenter mes excuses et à vous remercier encore de votre fidélité. Le truc est que je vivais l’expérience la plus merveilleuse et la plus inconnue de toute mon existence : c’est que j’étais enceinte !

L’inconnu fait peur, excite en même temps terrifie. Porter un enfant était l’inconnu pour moi, ainsi la peur de ne pas être à la hauteur, l’excitation de pouvoir donner vie, l’angoisse et la terreur étaient des sentiments quotidiens qui me hantaient…

En fait, je viens d’un milieu où les gens s’imaginent être supérieurs à vous seulement parce qu’ils ont vécu ce que vous n’avez jamais vécu ou parce qu’ils ont été premiers à le vivre. Et donc, étant primipare, j’ai dû affronter un tas « d’experts » de tout genre en la matière. Une situation qui n’a pas été du tout facile !

Étant pour la première fois enceinte, j’avais besoin de gens qui me soutiennent et qui n’appuient au quotidien à surmonter mes anges et mes démons intérieurs qui tantôt me rassuraient ou me terrifiaient… Mais disons que cette catégorie de personnes est rare. Cela m’a fait comprendre encore une fois que nous sommes et resterons notre meilleur allié ! Et qu’à cause de cela, nous devons tout le temps prendre soin de nous, car l’énergie qui émane de notre intérieur est la seule force qui nous aide à faire face aux obstacles de l’extérieur.

J’ai entendu des discours à gauche et à droite, des expériences tragiques sur la grossesse et l’accouchement venant des proches, des parfaits étrangers (oui, parce qu’on dirait le fait de porter un enfant donne à tout le monde le droit de te donner son point de vue) et même des personnes avec qui je n’avais pas des bons rapports pour se permettre une quelconque remarque à mon égard !

Rares sont les personnes qui m’ont parlé de cette expérience d’une manière positive, rares sont des personnes qui m’ont encouragée. J’ai finalement compris qu’il n’y avait rien de méchant dans tout cela : c’était juste une culture.

Une culture oui, cependant une mauvaise. Une culture qui encourage à traumatiser, à semer la peur, à bouleverser. Évidemment, parce que dans mon milieu, les gens pensent qu’on apprend mieux dans la souffrance, que les conditions pénibles nous rendent forts, que les mauvaises nouvelles préparent à bien affronter le futur et évitent des mauvaises surprises, ... Une mauvaise culture qui s’est transmise de génération en génération !

Les gens guettaient des éventuels malaises sur moi et sautaient sur l’occasion pour me dire que ce n’était encore rien comparativement à ce qui m’attendait. Je ne pouvais pas arrêter de me demander dans quelle intention ils essayaient de me tenir ce genre de langage. Ils reprochaient tout ce que je faisais, tout ce que je mangeais, tout ce que je portais… c’était tout simplement pénible de devoir les supporter et en silence !

Mais c’est la culture. Et en faisant pareil, dans leurs têtes ils avaient l’impression de m’aider psychologiquement à affronter n’importe quoi durant ma grossesse et jusqu’à l’accouchement.

J’ai appris beaucoup de choses et j’ai compris que plusieurs fois, nous avons blessé les gens par plaisir d’ouvrir notre bouche. Et je suis certaine qu’il existe d’erreurs que je ne commettrai plus jamais après ce passage.

J’aimerais aujourd’hui encourager les femmes, particulièrement les femmes enceintes et celles qui aspirent à porter la vie un jour. Ce n’est pas aussi terrifiant qu’on nous le laisse croire, ce n’est pas aussi difficile qu’on le dit et d’ailleurs je peux vous confirmer qu’il n’y a aucune bonne sensation que ce contraste des sentiments ressentis en même temps (peur, bonheur, excitation, joie, terreur…).

Je suis d’accord que chaque femme vit cette épreuve différemment et que pour certaines ce n’est jamais facile. Cependant, il n’existe aucune raison pour que nous femmes puissions croire ou faire croire aux autres que c’est forcément une expérience pénible.

Ces paroles négatives, ces expériences traumatisantes, ces pensées souillées que nous partageons aux autres femmes les affectent d’une manière ou d’une autre, peuvent les conduire à des complications et croyez moi : nous en sommes responsables.

Je nous appelle juste à être solidaires les unes envers les autres, à nous encourager et à ne pas utiliser notre parcours comme modèle. Tout le monde n’est pas obligé de suivre le même parcours que nous. Ce n’est pas parce que tel aliment nous a créé des complications, qu’il en sera ainsi pour toutes les femmes, ce n’est pas parce que notre corps ne supportait pas l’activité physique que cela doit être pareil pour toutes les femmes, etc…

Laissons les gens profiter de ce beau parcours et rassurons -les au besoin. Si j’ai appris autre chose c’est que nous devons écouter notre corps, nous devons cultiver en nous des pensées positives, nous devons dégager de la bonne énergie pour nous-mêmes. Au delà de la culture, des habitudes, des coutumes, nous devons d’abord nous écouter et obéir à notre corps.

Ne nous laissons pas emporter par tout ce que disent les gens, au final nous ne saurons plus sur quel pied danser.

Je souhaite à toutes les femmes l’indépendance mentale, spirituelle, morale et émotionnelle.

Je souhaite à toutes les mères et les futures mères l’expérience de l’inconnu la plus merveilleuse possible.

Je vous promets, peu importe les circonstances, c’est une belle expérience !

Brielaplume / La passion d’écrire !

Publié par Brielaplume

Passionnée par l'écriture, Ecrire pour transmettre des énergies positives.

2 commentaires sur « L’inconnu merveilleux… »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :