Quand la routine s’installe…

« Quand on devient marié, on change complétement »,
« Tu as changé depuis que tu t’es marié »,
Oui, chaque étape de la vie franchie nous change, le problème n’est pas le changement mais le type de changement qui nous arrive.
Nous ne pouvons pas craindre le changement, cependant à chaque phase où cela est censé se produire, nous avons le devoir envers nous-même de nous demander si c’est en bien ou en mal.

Combien de fois nous sommes-nous demander : « Est-ce que ces changements que je suis en train de subir sont positifs ou négatifs ? »
Se poser une telle question est extraordinaire, non !? Encore faut-il qu’on arrive vraiment à prendre conscience qu’on est entrain de changer…

Certains changements sont inouïs mais aussi silencieux. Peut-être silencieux parce que depuis longtemps nous avons cessé de nous écouter, de nous parler à nous-même, de nous offrir du temps.
C’est ce qui arrive quand on se plonge à fond dans le travail, dans une relation, … Bref, quand la routine s’installe.
J’ai entendu plusieurs personnes dire que les gens changeaient lorsqu’ils se mariaient, encore hier un ami a fait allusion à ça. Cependant, à mon avis les gens changent toujours, cela n’a rien à voir avec le fait qu’ils soient mariés ou pas.
Nous sommes tout le temps exposés à des évènements, à des circonstances, à des personnes qui ne peuvent pas nous laisser totalement indifférents, c’est donc normal que les gens évoluent.

Mais de quel changement parlons-nous ici ? Trop souvent quand les gens mentionnent « changement », c’est en mal qu’ils le disent, et quand cela vous est adressé, vous vous arrêtez un moment, pour réfléchir, pour se demander : « comment, pourquoi et depuis quand ? ».
Nous avons des valeurs que nous n’aimerions pas perdre, des rêves qu’on aimerait réaliser, des ambitions, des principes qui nous ont toujours identifiés.
A un certain moment, lorsque les gens nous parlent du changement, ils veulent signifier en mots simples l’abandon de tout ce à quoi on tenait auparavant, le rejet de tout ce qui nous faisait paraitre si spécial à leurs yeux, l’abandon de la raison pour laquelle ils croyaient en nous ou ils nous faisaient confiance, l’abandon de la personne que nous avions toujours été… En un mot, ce changement signifie « déception » pour eux.

Nous avons évolué, les années sont passées et le bilan est que nous sommes devenus quelqu’un d’autre.
Quand la routine s’installe, le changement que nous subissons nous rétrograde ou fait de nous transforme négativement (courageux devient paresseux, passionné devient indiffèrent, …).
Quel paradoxe ! Quel paradoxe lorsque l’on estime que le changement nous sort de la routine !
Quand la routine s’installe, l’ennui est au rendez-vous. C’est comme ci l’on passait son temps entier à se fuir soi-même.

Beaucoup de gens ont abandonné leurs ambitions, ont perdu la passion pour leurs rêves, ont arrêté de prendre des risques… Leur motif principal est le temps :
« Je n’ai plus le temps depuis que j’ai eu ce poste, je n’ai plus le temps depuis que je me suis inscrit à l’université, je n’ai plus le temps depuis que je sors avec tel, je n’ai plus le temps depuis que je suis marié, je n’ai plus le temps depuis que j’ai eu des enfants, je n’ai plus le temps depuis que j’ai démarré cette affaire, je n’ai plus le temps, je n’ai plus le temps, je n’ai plus le temps… »
Il s’agit d’une raison qu’on balance pour ne pas affronter la réalité, et même si notre entourage est convaincu que c’est juste un prétexte, rares sont les plus courageux qui se mettent en face de nous pour nous amener à nous affronter nous-même.
D’après tout, chacun a ses moutons à fouetter !

Rares sont ces gens parce que quelquefois nous les comprenons mal, ils deviennent de plus en plus rares parce qu’ils craignent notre réaction.
Prisonniers de notre propre déni, nous sommes toujours à la défensive. Et comme généralement personne ne veut être vexé, ils nous laissent tous dans notre cage : la routine qui nous garde captif.

Nous passons notre vie à jouer avec ce temps que nous faisons croire aux gens que nous n’avons pas, « Faute de temps » créé par notre propre imagination, nous passons à coté des choses les plus importantes de notre vie, des choses qui allaient construire notre existence.
« Faute de temps » imaginaire nous fait perdre des ressources, des opportunités et des occasions de nous réaliser, nous vivons mais fades et vides.
« Faute de temps » imaginaire, nous mourrons sans avoir rien accompli, comme des êtres ordinaires avec nostalgie et mélancolie.
« Faute de temps » imaginaire, nous passons notre vie à vivre selon tout le monde, nous réduisons notre vie à un seul rythme qui nous tue à petit feu : on se réveille, on va au boulot, on rentre, on dine, on regarde un film, on dort, le dimanche on fait le ménage ou on va à l’église ; ainsi de suite, jour pour jour, mois après mois, année après année jusqu’à ce que nous expirions.
« Faute de temps » née de notre propre folie.

Quand la routine s’installe, nous sommes beaucoup plus préoccupés à vivre selon les règles préétablies parce que nous n’avons aucune motivation pour suivre nos propres règles.
Nombreux ont laissé leur personnalité et sont devenus quelqu’un d’autre. Ils ont tué la version de la personne qu’ils sont réellement et l’ont enterrée dans une mascarade de personne qui les arrange à ne plus prendre des risques, à ne plus oser faire autrement, à ne plus rêver, …
Ils pensent de ce fait avoir grandi, être devenu mature ou sage comme ils essaient de faire croire à tout le monde. Ils vivent dans une fadeur et monotonie pensant qu’il s’agit là de la vie qu’on est censé avoir à leur stade.

Ils vivent ainsi, vides et tristes.
Ils vivent ainsi essayant à tout prix de faire taire la voix au fond d’eux-mêmes, ils vivent ainsi jusqu’à ce qu’ils rencontrent une personne qui leur étale toute la vérité en face. Les plus chanceux rencontrent cette personne et reprennent conscience du temps qu’ils ont perdu…
Les plus malheureux rencontrent ces personnes et font semblant d’être convaincus de savoir ce qu’ils sont entrain de foutre de leur vie jusqu’à la porte de l’au-delà, qu’ils embrassent avec des remords d’avoir inutilement vécu.

Je souhaite à tous d’être les plus chanceux, parce qu’il n’est jamais tard pour tout recommencer, jamais tard pour mieux faire.
Je vous souhaite à tous de reprendre les choses là où vous les avez réellement laissées et de pimenter votre vie.
Reprenez vos rêves,
Ravivez vos passions,
Soyez motivés, prenez des risques, ne craignez pas d’oser, échouez et recommencez. Donnez sens à votre vie.
Petit conseil du jour : ne coupez pas totalement les liens avec votre passé parce qu’une partie de votre passé vous a forgé. Il arrivera des périodes où vous aurez besoin de vous rappeler pourquoi vous avez décidé de vous engager sur un chemin, à ces moments là votre passé vous guidera sur l’étape à suivre

Brielaplume / La passion d’écrire.

Publié par Brielaplume

Passionnée par l'écriture, Ecrire pour transmettre des énergies positives.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :